Connectez-vous S'inscrire
Boutique2Mode

Réussir ses achats - Du bien acheté au bien allé !

Propre à chaque détaillant, les achats n’en constituent pas moins un sujet majeur commun à toute la profession : optimiser ses budgets fournisseurs, sélection des modèles, négociation...
Tour d’horizon d’une tâche déterminante du commerce indépendant.


À la fois cruciaux et stimulants, les achats sont au centre de la problématique du détaillant multimarque d’aujourd’hui. Dans la conception du cœur de son offre d’abord, afin qu’elle soit cohérente et fondatrice de l’identité de la boutique, ou au contraire qu’elle soit diverse pour servir une clientèle la plus large possible. « Les marques que je propose – ndlr Céline, Paule Ka, Maison Martin Margiela, Isabel Marant, Paul Smith – ont toutes une forte notoriété et un dénominateur commun qui donne une personnalité à ma boutique », indique Micheline Christophe de la boutique Albe à Strasbourg. « Même si je sépare les marques dans mon magasin, l’homogénéité de mon offre me permet de les mélanger dans les vitrines et donne également la possibilité à mes vendeurs de suggérer des assortiments générateurs de ventes additionnelles », explique Xavier Gouzik de l’institution bordelaise Rainbow, dépositaire de Escada, Red Valentino, Ferragamo, Armani pour la femme et Dior Homme, Zegna, Canali et Burberry pour l’homme. À l’opposé, Marie-Laure Daviet de 10 La Boutique multiplie les styles pour « convenir à beaucoup de types de femmes » et les fidéliser à son magasin située dans la petite bourgade de Genas, à proximité de Lyon. Neziha Kayrak de la boutique de lingerie Permission Accordée à Lyon 6e, rappelle aussi que « les griffes doivent correspondre au profil des femmes du quartier et se différencier de celles de la concurrence ».
 
Réussir ses achats  -  Du bien acheté au bien allé !

Coups de coeur et noyau dur

Mais à ce noyau dur de marques références, rassurant pour le consommateur et auquel les détaillants se disent tous fidèles à moins d’un changement radical de style, nos interlocuteurs greffent une myriade de marques secondaires plus éphémères qui créent une dynamique de l’offre. Dénichés dans les salons – où cette quête de nouveaux noms est un des principaux objectifs des détaillants – sur internet, lors de voyages ou suite à un démarchage, ces petits labels apportent de la nouveauté et répondent à une demande ponctuelle pour un produit tendance. « …Comme un nouveau jean ou une espadrille fantaisie, cite Xavier Gouzik. Ce sont des petits budgets qui n’excèdent pas 15 % du total de nos achats ». « J’ai rentré deux nouvelles marques cet automne », annonce Josianne Vietti de l’enseigne pour enfants Un Ours à la Mer à Cassis et Marseille. « Il faut savoir ...
 
Vous pouvez poursuivre la lecture de cet article dans Boutique2Mode n°27.
Commandez ce numéro ou abonnez vous à boutique2Mode et recevrez gratuitement ce magazine.
 
Mardi 1 Septembre 2015
Philippe MAUREL


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juillet 2017 - 11:50 Les secrets des boutiques qui cartonnent €

Mardi 18 Avril 2017 - 15:10 Vendeur, un métier qui compte €